Press "Enter" to skip to content

Écoquartier à Bourg-la-Reine : Avenir de la Faïencerie

Bernard Savary, de l’association « Avenir de la Faïencerie » a bien voulu répondre aux questions de la Gazette et présenter son point de vue sur le projet.

Bernard Savary habite tout près de l’endroit où se réalisera le projet, on voit la cour de l’école de chez lui (il m’a permis de prendre des photos de son balcon). Il est donc, comme riverain, particulièrement concerné par le projet.

Il a découvert celui-ci, comme la plupart de ses concitoyens, quand la mairie a annoncé les résultats de l’appel à projets réalisé au niveau de la Métropole du Grand Paris. C’est à ce moment-là que l’association s’est créée, en réaction au projet. Ses membres proposent de réhabiliter les bâtiments plutôt que de les raser puis d’en construire des neufs. Il constate que l’architecture moderne évolue dans ce sens : les lauréats du prestigieux prix Pritzker, considéré comme le Nobel de l’architecture, sont en 2021 deux français qui se sont fait remarquer pour la réhabilitation de la tour Bois-le-Prêtre à Paris (ce qui leur a valu déjà un prix en 2011). L’argument coût mis en avant par la municipalité n’est pas renseigné : il n’y a pour l’instant pas d’information sur le coût de l’opération, ni sur le prix de vente de la parcelle.

Si la municipalité a présenté trois scénarios, il s’agissait de simples variantes du projet choisi, les choix structurant de celui-ci (celui de la maquette présentée en 2019) n’ont jamais pu être remis en cause.

L’association constate que les élèves ont actuellement un vaste espace de récréation, espace qui va être fortement réduit (plus de la moitié de la surface) au profit d’un parc ouvert à tous. Des élèves qui vont se retrouver pendant toute la période de travaux coincés entre deux chantiers (école et immeubles).

Le choix de construire plus de 150 logements va se traduire par une aggravation de l’effet « ilot de chaleur », déjà ressenti l’été. Alors même que le P.L.U. prévoit une attention particulière à cette question.

A la fin du projet, on aura saccagé ce lieu, relégué l’école au fond du périmètre, pour construire plus de 150 logements supplémentaires dans l’une des plus petites communes du département.

Retour à l’article de « Résultats de nos rencontres« 

Article « le décor »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *