Press "Enter" to skip to content

L’affaire « vite ma dose » et les affairistes de la conspiration

Est-il légitime d’utiliser la tromperie et la manipulation pour alerter la population sur d’éventuels risques qu’elle court ? Cette semaine, certains ont apparemment répondu positivement à cette question pour défendre leur opinion.

Un data scientist qui émerge

L’épidémie de Covid a vu prospérer diverses initiatives, individuelles et bénévoles, pour présenter de manière lisible les données disponibles sur le nombre de personnes affectées, par exemple ici ou ici. En France, l’une de ces initiatives a eu plus de retentissement que les autres : celle de Guillaume Rozier (et de son équipe de 8 personnes), avec Covidtracker, créée en avril 2020. La jeunesse et la franchise de Guillaume lui ont fait passer les portes des médias, surtout quand il a fini par être cité par le ministre de la Santé lui-même. Il a aujourd’hui plus de 80 000 abonnés sur Twitter. Étudiant, son action a été remarquée et il a été embauché par une filiale d’Accenture en octobre. Il a une page Wikipédia.

Guillaume a continué avec le site VaccinTracker covid, qui permet de suivre l’évolution de la vaccination en France. Il a ensuite développé, en coopération avec d’autres, le site « vite ma dose » qui permet de découvrir partout en France un créneau de vaccination (si on remplit les conditions d’éligibilité). Parce qu’il contribue à éviter la perte de doses disponibles, ce site a été saluée par le gouvernement et le président lui-même. Le 13 mai, le créateur du site signale que celui-ci a eu 29 millions de visites en 48 h ! Conséquence probable de l’ouverture à tous des créneaux de vaccination restés libres la veille pour le lendemain.

Un site concurrent

Le site « vite ma dose » utilise le nom de domaine « vitemadose.covidtracker.fr ». Guillaume Rozier ayant a annoncé son projet sur Twitter le 2 avril (il cherchait des personnes pour le produire avec lui), un petit malin s’est précipité pour acheter (cela coûte environ 10 €) le nom de domaine simplifié vitemadose.fr et a ensuite proposé à Guillaume Rozier de lui revendre. Le prix demandé(entre 5000 et 10 000 €, pourquoi se gêner?) étant jugé prohibitif, celui-ci refuse. Le vendeur trouve alors un autre client. Et on découvre en début de cette semaine un site concurrent, au nom de « vite ma dose » qui prétend lui aussi trouver des créneaux disponibles. Il le fait effectivement, avec une méthode très simple : il redirige sur le vrai site. Mais il propose auparavant, pour avoir un avis « éclairé » de visionner une petite vidéo « d’information « sur le vaccin, avec le Dr Vélot.

Ce dernier est présenté comme généticien moléculaire à l’université Paris Saclay et comme président du CRIIGEN. En préambule, il est précisé que les propos n’ont aucune volonté à s’inscrire ou à alimenter dans un quelconque débat pro ou anti-vaccin mais seulement d’apporter certaines réponses à des questionnements que l’on peut se poser…

Il suffit de lire ce préambule pour deviner que les propos sont beaucoup moins neutres qu’on veut bien le faire croire !

Suit une proposition de soutien au CRIIGEN.

Réactions

Guillaume Rozier signale la supercherie dans un tweet le 11 mai en fin de matinée. Avec 80 000 abonnés, l’information est vite transmise. Les commentaires sur Twitter ne sont pas vraiment bienveillants pour le CRIIGEN. Le Huffington Post explique la situation dans un article à la même heure. 

Toujours le 11 mai, le site Conspiracy Watch rajoute l’épisode à sa note sur le CRIIGEN. Celle-ci rappelle que cette association a été fondée à l’initiative de Corinne Lepage, Gilles-Éric Séralini et Jean-Marie Pelt. L’association est à l’origine de l’étude de Séralini sur les effets du maïs OGM, étude qui a été réfutée. L’étude est du même type que celles réalisées par Didier Raoult sur la Covid : protocoles biaisés et interprétations statistiques « particulières ».

Conspiracy Watch explique que Christian Vélot, président du conseil scientifique du CRIIGEN, a d’abord produit en septembre une note où il alerte sur des risques liés aux vaccins à ARN messager puis une vidéo sur le sujet, vidéo fortement diffusée ensuite par des sites complotistes. C’est cette vidéo qu’on retrouve sur le faux site « vite ma dose ».

Le 12 mai, vers midi, le Monde publie un article des décodeurs sur le sujet avec comme titre « le site Vitemadose parasité par un site vaccinosceptique ».

Le faux site publie actuellement une réaction officielle du CRIIGEN expédiée le 12 mai au soir à l’AFP.

Le militantisme excuse-t-il tout ?

Plusieurs réactions individuelles ont exprimé leur dégoût pour une méthode qui s’inspire de ce qui se fait de pire chez les anti-IVG américains. Mais il semble que pour certains, la cause peut tout excuser. Après tout, il fut un temps où Vélot était salué comme lanceur d’alerte dans le Monde.

Sur le fond du discours, l’Express avait fait en son temps une critique de la vidéo et l’AFP avait relevé toutes les erreurs contenues dans un discours tenu par une autre antivaccin, discours qui reprenait des arguments semblables.

On pourra aussi trouver ici une analyse détaillée de la vidéo mise en ligne par un site qui lutte contre la désinformation vaccinale. L’analyse met en évidence la triple « alerte », en fait le triple sous-entendu qui, ne prouvant rien, laisse planer toutes les menaces, et qui se contente de dire : « C’est terrible, c’est nouveau, c’est trop rapide. » Et le site d’expliquer : « 

Christian Velot est bien trop intelligent pour déconseiller la vaccination, et comme tout manipulateur le sait, il est bien plus efficace de vous laisser tirer vous-même les conclusions qui s’imposent ….

Rien de bien neuf donc dans la tactique des opposants à la vaccination. »

Un dernier point pour conclure : le CRIIGEN se présente comme indépendant et son président explique qu’il n’a aucun intérêt en jeu. Rhétorique classique de ceux qui veulent faire croire que ceux qui travaillent pour telle ou telle entreprise sont forcément prêts à tous les mensonges pour défendre leur employeur et que, en revanche, leur indépendance est signe de neutralité quand ils sont en réalité avant tout des militants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *