Press "Enter" to skip to content

On écrit sur les murs

Dans un article publié le 17 avril 2021, en pleine campagne Parlons ensemble des Blagis, je publiais ici un plaidoyer pour ce quartier que j’aime et qui est le mien depuis plus de 33 ans.

La consultation Parlons ensemble des Blagis est désormais terminée, mais l’on peut déjà en constater quelques effets. Des bons et des moins bons.

Malgré la mobilisation des habitants et de la municipalité, la Poste n’a pas pu être sauvée. Elle a bel et bien fermé au mois d’octobre 2021. Cependant sa transformation en maison France Service qui accueillera une agence postale communale et d’autres services est en cours et le distributeur de billets sera remis en service bientôt. Des panneaux d’autorisation préalable aux travaux ont fleuri sur certaines clôtures d’immeubles de la résidence des Bas-Coudrais. Le bailleur Hauts-de-Seine Habitat a annoncé lors du conseil municipal extraordinaire du 16 octobre 2021, qu’une agence de proximité ouvrirait sur le quartier au départ du Crédit Lyonnais.

Un quartier, c’est beaucoup ses commerces

Le centre commercial est avec succès le théâtre de Nocturnes des Blagis, des soirées pleines d’animations, de musique et de convivialité et vient également de voir arriver deux nouveaux commerces pour remplacer le cordonnier et le magasin de maroquinerie. Malheureusement, les demandes des habitants n’ont visiblement pas été entendues ou écoutées. La première boutique est une boutique de téléphonie, les Blagis en avaient-il vraiment besoin ? Pas sûre. Cette boutique à tout de même l’intérêt de faire point Mondial Relay, Auchan ayant renoncé à ce service. On peut au moins se féliciter du retour de cette prestation qui manquait et qui va permettre aux habitants, lassés des avis de passage déposés sans sonner ou des colis qui n’arrivent jamais, de récupérer leurs commandes.

Je suis plus dubitative concernant l’épicerie de produits du monde. Auchan à des rayons Cuisine du monde plutôt bien achalandés et il y a un primeur qui propose toutes sortes de fruits. L’ouverture de cette boutique dans le quartier me paraît peu pertinente.

Un projet de rénovation du centre commercial a aussi été présenté dans un dépliant lors du conseil municipal extraordinaire. Pour l’instant, la zone écroulée est encore aux quatre vents et les travaux ne se profilent pas à l’horizon…

Lors des concertations, les habitants ont appelé de leurs voeux plus de sécurité. Quel bilan ? On a vu des interventions d’envergures importantes avec chien renifleur et policiers en uniforme. Les points problématiques ont été identifiés et des solutions commencent à être apportées, mais on peut se poser la question de leur sens.

La halle des frustrations

Un soir, il y a peu, en traversant la place des Ailantes, je découvre avec surprise que la halle des Blagis est murée. Un affichage de taille modeste est collé sur les parpaings : la halle est murée pour des raisons de sécurité, un projet d’agrandissement de la salle de sport est envisagé. Visiblement, après concertation avec les autorités, la halle a été identifiée comme posant des problèmes de sécurité et la seule solution est de la supprimer. On peut s’en étonner quand on sait que cette halle avait des portes qui, un temps, pouvaient être verrouillées. Il aurait suffi de la fermer entre 20h et 7h comme on ferme les squares. Le problème de squat voire de deal aurait été réglé. Elle aurait pu continuer en journée à servir de passages aux scolaires, aux riverains. Parce que concernant la sécurité, on ne voit pas bien ce que cela va changer, les rassemblements de jeunes, qu’ils soient légaux ou moins légaux, ont toujours lieu quelques mètres plus loin sur le parking lui-même ou au niveau des bancs et des marches de l’école.

Agrandir la salle de sport et de musculation, pourquoi pas, mais beaucoup de riverains ne comprennent déjà pas pourquoi la salle de musculation n’a pas réintégré le gymnase neuf terminé il y a peu. Cela serait dû au fait que le projet initial de gymnase a été retoqué. A la suite de plaintes des riverains du quartier des Musiciens, il serait moins grand que prévu.

Une salle de sport à 350€ plein tarif pour un Scéen et 390€ pour un non-Scéen, on peut se demander qui aujourd’hui au sein du quartier peut débourser cette somme. Il y a, c’est vrai, des tarifs réduits (moitié moins cher) pour les étudiants, lycéens, chômeurs, personne au RSA (on note d’ailleurs que la grille tarifaire mentionne encore RMI alors que l’appellation n’existe plus depuis 2009). Mais dans ce contexte actuel d’augmentation des prix de l’électricité, du gaz, des produits alimentaires dans les magasins, même à demi-tarif, je serai réellement curieuse de connaître la proportion de gens du quartier qui fréquente la salle et leur répartition par catégories socioprofessionnelles.

Esthétique des murs

La population du quartier demandait certes de la sécurité, mais aussi de l’ouverture sur Sceaux et les autres villes limitrophes. Au travers de la halle, il semblerait que ce soit une solution de fermeture qui soit adoptée. On peut suggérer et espérer que ces deux murs de béton dont l’un sert pour l’instant de déversoir à la frustration de voir la halle fermée (voir la photo en illustration de l’article) soient décorés par les jeunes du quartier en compagnie d’un street-artiste par exemple parce que comme le dit la chanson :

On écrit sur les murs le nom de ceux qu’on aime
Des messages pour les jours à venir
On écrit sur les murs à l’encre de nos veines
On dessine tout ce que l’on voudrait dire
On écrit sur les murs la force de nos rêves
Nos espoirs en forme de graffiti
On écrit sur les murs pour que l’amour se lève
Un beau jour sur le monde endormi

« On écrit sur les murs« , chanson de Romano Musumarra et Jean-Marie Moreau et interprétée par Demis Roussos en 1989. Reprise par Kids United

  1. Vincent Vincent 16 janvier 2022

    On écrit sur les murs est une chanson composée par Romano Musumarra et écrite par Jean-Marie Moreau, pour Demis Roussos en 1989

    • Louise Marguerite Louise Marguerite 16 janvier 2022

      Tout à fait ! C’est pour cela que j’ai demandé ce matin à l’équipe de modifier cela dans mon article !

  2. LGdsS LGdsS 16 janvier 2022

    Trop forts les lecteurs de la Gazette!!
    Rendons à Romano Musumarra et Jean-Marie Moreau la paternité qui leur revient. Une pensée à Demis, à Aphrodite’s Child, et à Rain And Tears.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *