Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Stade Marie-Curie à l’abandon

Un gymnase d’une vétusté incroyable, des sautoirs lentement envahis par la mousse, une piste d’athlétisme devenue un chemin caillouteux et boueux. Voilà l’état des installations sportives pour les élèves de la Cité Scolaire Marie-Curie. Las des promesses non tenues, les professeurs d’EPS ont envoyé un dossier à tous les parents et lancé une pétition.

Stade et piste d’athlétisme
Sautoir

Description

Le stade Marie-Curie se situe à deux pas du lycée lui-même, mais de l’autre côté de l‘avenue Cauchy (la D67), dans une zone située entre la rue des Imbergères et la rue Jean Michaut. Il comprend au nord un gymnase (construit à la fin des années 50) flanqué de vestiaires. En descendant vers le sud, on rencontre un plateau sportif comprennent un terrain de Basket et des sautoirs. Puis un préfabriqué  (installé il y a une vingtaine d’années) qui abrite des tables de ping-pong. Et enfin un terrain (de football ?) entouré d’une piste d’athlétisme.

L’ensemble est d’une grande vétusté avec ce que cela signifie d’installations ne fonctionnant plus (certains radiateurs par exemple), de fuites thermiques énormes, d’installations inadaptées.

Préfabriqué »temporaire »
Bouche d’aération

La nature dégrade lentement mais sûrement les parties à l’air libre : l’un des sautoirs, une partie des pistes d’élan sont envahies par la mousse et impraticables. Le revêtement du terrain de basket est granuleux et favorise la formation de mousse. Les tracés ne sont plus visibles. Des flaques apparaissent en cas de pluie et rendent l’installation dangereuse.

« La piste d’athlétisme est un chemin caillouteux et boueux tracé à force d’y courir. Les élèves de terminale y passent les épreuves du bac et doivent ralentir dans les virages pour éviter de tomber. »

Contrastant avec cette vétusté, l’ensemble est propre et impeccablement rangé : on ne peut certainement pas reprocher aux utilisateurs la dégradation de l’ensemble !

Cour des sports

Les bâtiments scolaires comptent eux-mêmes une cour consacrée théoriquement au sport. A l’origine, les salles qui l’entouraient étaient également consacrées au sport. Mais, avec l’augmentation du nombre de classes, ces salles ont progressivement été reconverties à d’autres activités.

La cour elle-même n’est plus utilisée en EPS depuis plusieurs années, car l’état du sol ne permet pas une pratique sportive en toute sécurité.

Entretien du stade

Le stade n’est plus gardé depuis 6 ans à la suite du départ en retraite du gardien. Celui-ci n’a pas été remplacé. Le logement qu’il occupait a été affecté à un agent technique, mais celui-ci n’a pas pour mission l’entretien du stade. Quand il était encore là, le gardien ramassait les feuilles et les branches d’arbres cassés, tondait la pelouse. Sa présence évitait aussi les intrusions : ce n’est plus le cas aujourd’hui. Bien sûr, un entretien de base est encore réalisé par les équipes du lycée, mais il ne peut faire face à l’envahissement par la nature. Avec les résultats signalés plus haut.

On peut voir plus de photos ici

Clôture
Parc

Alertes

Les associations de parents d’élèves sont bien averties de la situation. La responsable de l’une d’elles le signalait à la Gazette en juin :

« Le gymnase est en effet très vétuste, mais c’est aussi le cas de la piste de sport attenante. En réunion de C.A., M. Szeremeta, professeur de sport, a expliqué qu’il existait déjà des écrits sur le sujet en 1985 ! En 2018, une action d’information avait été menée auprès des médias pour dénoncer le problème. Sans résultat.

En 2021, les responsables régionaux étaient venus visiter le site et avaient fait des promesses, mais rien n’a bougé ensuite. L’entretien des équipements sportifs est normalement de la responsabilité de la région, mais le terrain n’a pas été rétrocédé à la région par l’État comme cela aurait dû être fait.

Le lycée est un monument historique, mais ce n’est pas le cas du gymnase. Si le problème de la rénovation de ce dernier est identifié, il n’y a pas de budget fléché à la région pour l’étude ou d’autres actions. »

Stéphane Szeremeta a été le coordinateur des huit enseignants d’EPS. Présent depuis dix ans au lycée, il se désole évidemment de la situation. En janvier 2021, ses collègues et lui avaient déjà décidé d’alerter les parents. Le 4 février 2021, des crédits pour des travaux de réhabilitation ont été votés par la région et l’action des enseignants a été suspendue. Des techniciens de la région sont ensuite venus pour un état des lieux. Depuis, plus rien.

Au printemps 2023, les associations de parents ont pris la décision d’alerter Brigitte Macron sur le sujet : Le Parisien s’en était fait le relais.

Devant l’inertie de la région, les professeurs d’EPS ont décidé de lancer une nouvelle action. Un dossier de l’état du stade a été envoyé à tous les parents et une pétition en ligne a été lancée.

Un conseil d’administration aura lieu au lycée ce 30 novembre : on imagine que le sujet y sera évoqué.

Pourquoi ?

Il parait difficile de comprendre pourquoi les installations sont laissées dans un tel état. Elles existent maintenant depuis environ 65 ans et n’ont fait l’objet d’aucune rénovation.

Le fait que le stade appartienne encore à l’État complique probablement la situation. Personne ne semble d’ailleurs savoir pourquoi ce stade n’a pas été rétrocédé à la région avec les bâtiments scolaires il y a 40 ans (loi de décentralisation du 22 juillet 1983). Une recherche sur Internet montre que ce cas n’est pas exceptionnel : en 2003, un amendement au Projet de loi relatif aux libertés et aux responsabilités locales prévoyait « le transfert de principe de l’ensemble des bâtiments affectés aux collèges et aux lycées, respectivement aux départements et aux régions. »

L’article 82 de la loi du 13 août 2004 a prévu le transfert à la région (ou au département) des missions d’accueil, de restauration, d’hébergement, ainsi que de l’entretien général et technique, dans les lycées (ou les collèges). Cette mesure a entraîné le transfert aux collectivités des personnels techniques, ouvriers et de services (TOS) des lycées et collèges.

C’est sur la base de cette loi que la rénovation du stade est attendue de la région. Mais le rôle de l’État dans le cas du stade Marie-Curie n’est pas clair.

Mais quel que soit l’enchevêtrement des responsabilités, il est difficile de croire que depuis tant de décennies le problème n’aurait pu être résolu.

  1. Kiki TOURNIER Kiki TOURNIER 16 janvier 2024

    On ne peut s’empêcher de craindre une future opération immobilière vu le remarquable foncier que représente ce stade entre centre ville et Parc de Sceaux. Vendre une partie du terrain pour financer la restauration des installations…..
    Il convient d’être vigilant.

  2. Triomphe Annir Triomphe Annir 1 décembre 2023

    Quel dommage . Ce terrain dexsmorte en plein centre de Sceaux. Pourrait rendre de grands services à plusieurs établissements scolaires sceend.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *