Press "Enter" to skip to content

Sceaux, ses associations et les soutiens de la mairie

Quelles sont les associations scéennes ? La page qui leur est consacrée sur le site de la mairie en compte 130, mais elle n’est probablement pas à jour. En tous les cas, l’association Au fil de Sceaux, qui publie la Gazette, et qui a été dûment signalée à la mairie à sa création, n’y figure pas encore. D’autre part, certaines informations (y compris les liens avec le site de l’association ou le nom de ses responsables) qu’on y trouve sont manifestement obsolètes. Difficile cependant de savoir dans quelle mesure.

Les subventions

La mairie publie aussi une liste des subventions (cette liste et les montants afférents font l’objet chaque année d’un vote en conseil municipal).  Dans sa séance du 25 mars 2021, le conseil a ainsi approuvé un montant total de subventions de fonctionnement de 1.547.195 € répartis entre 57 associations (23.900 € sur le total sont non affectés ou vont à des particuliers, par exemple dans le cadre d’aide à l’achat de vélos à assistance électrique).

L’examen de la liste montre à quel point la forme juridique d’association couvre des réalités extrêmement différentes. On y trouve des associations manifestement scéennes (ne serait-ce que par leur intitulé) et d’autres départementales (officiers de réserve des Hauts-de-Seine ou Association des directeurs généraux du 92) voire plus larges (Collectif des maires anti-pesticides). Les secteurs concernés sont variés : administration générale, sports, loisirs-culture, action sociale et solidarité, coopération décentralisée.

Les montants surtout sont extrêmement divers : 4 associations (MJC, CSCB, CCAS et ASA Sceaux basket) reçoivent ensemble 79 % des subventions ! Derrière, 7 associations, qui reçoivent au moins 10.000 € chacune, cumulent 188.200 € de subventions, soit 12 % du total. Les 46 autres associations se partagent les 9 % restants du total. Et au moins 84 des 130 associations enregistrées dans l’annuaire ne reçoivent rien du tout. Du moins sous forme de subventions, car elles peuvent accéder à des locaux si besoin ou demander des aides matérielles ponctuelles (par exemple un prêt de tentes). Il faut aussi noter que les associations sportives utilisent les installations municipales, gymnases ou autres, ce qui représente une aide appréciable.

Reprenons pour commencer les 4 associations qui ont la subvention la plus élevée. Le CCAS est en réalité directement une cheville ouvrière de la mairie, mais sa forme associative est une obligation légale. Le CCAS bénéficie d’une subvention de 333.000 €.

La MJC est l’association qui bénéficie de la subvention la plus importante, avec 449 500€, somme inchangée depuis plusieurs années.

Le CSCB reçoit 295 100 € de la mairie, mais aussi  139.741,44 € de subventions au total d’autres intervenants (en particulier la CAF). Ses locaux sont fournis par Hauts-de-Seine Habitat.

L’A.S.A.S. basket féminin reçoit une subvention de 145.000 €. La relation est définie par une convention (comme pour d’autres associations sportives) qui a été approuvée par le conseil municipal lors de la même séance du 25 mars. Cette convention note que « la Ville s’engage à mettre à disposition à titre gratuit les installations et un club house situés : -4/6 rue Léo Delibes, -20 rue des Clos Saint-Marc ».

Les conventions

Les conventions signées avec quelques associations sportives importantes comprennent généralement les chapitres suivants :

  1. Objet de la convention
  2. Objectifs poursuivis
  3. Engagement de la ville
  4. Engagements de l’association
  5. Évaluation et respect des objectifs
  6. Autonomie et respect de l’indépendance de l’association
  7. Avenant
  8. Assurance et impôts
  9. Communication
  10. Résiliation
  11. Règlement des litiges

Le chapitre 2 évoque un certain nombre de principes généraux (formation des éducateurs, égalité homme femme, laïcité, etc.) dont on imagine que le respect ne pose généralement pas de problème, mais dont la présence systématique dans les conventions permet si besoin de réagir en cas de non-respect sans qu’une association puisse se plaindre d’être particulièrement visée (puisque ces principes sont spécifiés dans toutes les conventions).

Les engagements de l’association (chapitre 4) prévoient notamment une information régulière de la ville par celle-ci (sur ses projets ou ses résultats) et une participation aux différentes manifestations sportives initiées par la ville (stage multisport scéen pendant les vacances scolaires, dimanches en famille organisé entre novembre et mars, fête du sport).

Fête du sport

La ville organise tous les ans début septembre ce qu’elle nomme une fête du sport, mais qui ressemble furieusement à ce qu’on trouve dans d’autres villes sous le nom de forum des associations. A la différence près que ce forum scéen se limite aux seules associations sportives. C’est l’occasion pour beaucoup de découvrir les différentes associations et le cas échéant de s’inscrire à l’une ou l’autre des activités offertes.

Sur le territoire VSGP auquel participe la ville de Sceaux, celle-ci est, avec Bagneux, la seule ville à ne pas organiser de forum des associations. Particularité surprenante.

Il semble qu’un forum existait encore à Sceaux au début des années 2000. Des mauvaises langues prétendent que le maire n’a pas voulu continuer à donner de la visibilité à des associations de quartier qui soutenaient de trop près un de ses opposants. Légende urbaine ? Ce n’est guère important, le passé est le passé ! Mais qu’à l’avenir, un forum des associations donne de la visibilité aux associations suffisamment actives pour se mobiliser une journée durant, ce serait bien, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *