Press "Enter" to skip to content

Départ de feu à la Coulée verte

Presque 15h 30 ce jeudi 9 juillet, je passe tranquillement dans la rue Houdan. Au croisement de la rue Gaston Lévy, j’aperçois deux pompiers en tenue, en train de chercher quelque chose et deux autres occupés à dérouler sur la route un gros tuyau souple. L’un deux repère la bouche d’incendie et alerte ses camarades.

Un peu plus loin, face à la Coulée verte, un camion de pompiers est arrêté sur la voie. Une dizaine de personnes discutent avec animation un peu plus loin. Deux pompiers ont déroulé un tuyau souple sur la pelouse et se trouvent en face de l’entrée du petit parc pour enfant. Ils attendent manifestement d’être alimentés en eau. Aucune flamme n’est visible. Un groupe d’enfants arrive avec les animateurs par le chemin et s’éloigne.

De toute évidence, ce n’est pas un départ d’incendie à la corse ou à la varoise. On s’attroupe plutôt autour d’un feu follet. Mais précaution oblige. Les tuyaux branchés sur la bouche d’incendie se gonflent et les pompiers se mettent à arroser consciencieusement la pelouse autour d’eux. Pourquoi tant d’animation alors qu’aucun danger n’est visible?

Sur ces entrefaites, une voiture de la police municipale arrive et stationne, elle aussi sur la route. Trois agents en descendent. L’un d’eux s’adresse à l’un des pompiers, manifestement pour avoir de l’information, mais il semble qu’il était déjà au courant de l’incident. Un pompier explique : « On est en train de noyer la zone où il y a eu un départ. C’est une mesure de prudence. »

En repartant, je me faisais la réflexion que tout cette agitation paraissait disproportionnée pour le problème réel. Je ne sais vraiment pas ce que venait faire là la police municipale. Mais les pompiers agissent par expérience : un feu peut couver longtemps avant de repartir.

Quand l’ensemble de la végétation est très sec (ce qui n’est pas le cas actuellement à Sceaux), il faut un verre d’eau pour éteindre une flamme dans la minute, un seau 5 minutes plus tard, et si on attend trop, ce sont successivement un extincteur, un camion de pompier ou un canadair qu’il faut mobiliser.

On est exactement dans la même situation avec l’épidémie de Covid: des précautions aujourd’hui (gestes barrières, masques dans les lieux fermés, programme tracer/tester/ isoler) sont indispensables pour éviter un confinement général à l’automne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *