Press "Enter" to skip to content

Des étoiles plein la tête

C’est le titre de l’exposition que l’on peut visiter jusqu’au mardi 14 février à la bibliothèque de Sceaux, dans la galerie accessible au niveau inférieur. 32 photos prises par deux astro-photographes Baptiste et Christophe Zloch.

Au hasard du tour de la galerie, on admirera des photos de nébuleuses ou de la voie lactée, d’une comète… de la lune. On verra un ensemble appelé « tête de cheval », que l’on distingue très bien, parmi la multitude de la constellation d’Orion, et que l’on découvre en grand un peu plus loin.

Un magnifique « panorama du cœur galactique », dont on lit dans le commentaire cette fin de phrase « où le ciel y est magnifique » qui semble comporter un « où » ou un « y « de trop ! A moins qu’une volonté d’insister sur le lieu ait amené à cette redondance.

Des « filés d’étoiles » avec plusieurs ouvertures successives de l’obturateur, à intervalles réguliers, montrent le trajet de plusieurs étoiles, qui se déplacent dans le ciel alors que le paysage en avant du ciel est fixe.

Dans la photo des Pléiades, on voit très distinctement les 7 étoiles qui évoquent les 7 filles du titan Atlas de la mythologie grecque. Un ensemble intitulé NGC 7000, porte un nom qui ne fait pas rêver, en tout cas beaucoup moins que le commentaire qui nous apprend qu’il s’agit d’une « pouponnière d’étoiles » !

Les distances indiquées en années-lumière, ne parlent guère, tant il est difficile de se représenter ce que cela signifie. Un commentaire explique que la galaxie d’Andromède (un coup d’œil à la photo suffit à comprendre son titre de galaxie spirale) se rapproche de la nôtre à plus de 400 000 km/h, mais qu’il lui faudra pourtant plus de 2 milliards d’années avant de venir fusionner avec la voie lactée, la galaxie qui abrite le système solaire.  Wikipédia dit qu’il faudra 5 milliards d’années supplémentaires pour que les deux galaxies n’en forment plus qu’une ! On a le temps de finir le café.

Mais beaucoup des objets photographiés se trouvent à proximité, à une distance comprise entre 2000 et 10 000 années-lumière « seulement ». Ouf !

Aldébaran, Cassiopée, les commentaires m’ont inévitablement rappelé les paroles de Guy Béart dans Étoiles, garde à vous, et le roman éponyme de Robert Heinlein.

Vers Cassiopée
Vers Aldébaran
Nous avons bu mille lampées
Les soldats errants
Les hommes en rang
Dans l’espace vont porter l’épée

Étoiles garde-à-vous
Le monde est en flammes,
Le fer est partout ;
Le monde est en flammes,
Le fer est partout.

Mille années-lumière
Entre deux combats
Et cent millions de mercenaires
Qui chantent tout haut
Qui meurent tout bas
Pieds au ciel et face contre terre …

Etoiles, garde-à-vous, paroles et musique de Guy Béart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *