Press "Enter" to skip to content

S’approprier le CSCB

Pour en savoir plus sur le Centre Social et Culturel des Blagis (CSCB), sur son activité et son développement, nous nous sommes adressés à Sandrine Fahrasmane, la présidente de l’association qui le gère.
Entretien.

LGdS : Lors des « Parlons ensemble », le rôle du CSCB est apparu à la fois très central et d’ailleurs salué par ses utilisateurs, en général des personnes qui, enfants ou par leurs propres enfants, en ont profité. Il y a (on le sait par les proches) des seniors qui en suivent les activités mais cela est moins apparu. En revanche les ados ne l’ont jamais mentionné. Comment comprenez-vous cela ?

SF : Le CSCB est effectivement associé à des bons souvenirs. Il a également des adhérents fidèles avec un effectif assez stable, entre 800 et 900 membres. C’est un résultat très positif. En même temps, nous avons conscience du besoin de nous ouvrir sur de nouveaux besoins. Les adolescents sont une population que nous touchons peu (à l’exception notables des activités musicales), mais ce n’est pas la seule. Il y a les habitants des Bas-Coudrais que nous touchons peu également.

LGdS : Comment expliquez-vous cette situation ?

SF : La réponse est simple. Pour ces deux populations, nous n’avons pas vraiment de retour. Les attentes sont peu ou pas formulées auprès de nous. Un manque de communication de notre part est peut-être une des explications. J’ai le sentiment que les capacités que nous offrons sont encore mal connues de nombreuses riverains. Nos activités traditionnelles, musicales, corporelles, artistiques, la bibliothèque, l’accompagnement scolaire, pour ne citer que celles-ci, sont bien connues et appréciées. Nous avons la conviction qu’il faudrait en ajouter pour attirer de nouveaux usagers, mais pour cela il nous faut des attentes et elles sont difficiles à identifier.

LGdS : Vous parlez de manque de communication. Qu’est-ce qui vous fait penser à cela ?

SF : C’est que, pendant les « Parlons ensemble », ont été formulées des demandes d’activités qui existent déjà et que, peut-être, les gens ne connaissent pas assez. Je prends quelques exemples. Les événements de quartier : il y a été dit qu’il n’y en avait pas ou trop peu. Mais nous organisons depuis des années une fête à la rentrée de septembre. C’est une fête de famille qui rencontre un certain succès avec des stands disséminés dans les rues, une petite réception en fin de journée dans la salle polyvalente avec le maire et l’attribution des lots pour les gagnants.

Nous organisons aussi une fête à Noël. Evidemment, dans la période actuelle, tout ceci est bouleversé, mais cela existe. Sans compter qu’il y a par ailleurs la fête de l’école, en fin d’année scolaire, le repas partagé. Et puis, nous avions autrefois le très populaire Rallye pédestre qu’organisait M. Hennequin et qui pourrait être repris. Dans ce contexte, ce que j’appelle manque de communication, c’est qu’il nous faut mieux convaincre que l’engagement des gens est la clé pour que les activités se développent. Le CSCB est dans sa nature une association. Elle salarie huit professionnels qui font un très beau travail et sans lesquels elle ne fonctionnerait pas. Mais comme toutes les associations, le bénévolat est essentiel pour la faire prospérer, pour l’inscrire dans la réalité affective du quartier.

LGdS : A ce propos, le CSCB héberge des associations dont on dit qu’elles sont très dynamiques. Quelles sont-elles ?

SF : Oui, elles le sont en effet, même si, depuis un an, c’est moins observable. Nous accueillons l’Association BLR Dynamique et Solidaire (ADS BLR), qui organise des actions en faveur de l’égalité des chances à Bourg-la-Reine et dans les communes avoisinantes. Ces actions vont du Coaching professionnel, aux aides aux démarches administratives en passant par la pratique du français ou des conférences. Nous accueillons l’Amicale des Locataires de la Résidence des Bas-Coudrais qui se fait le porte-parole des locataires auprès de Hauts-de-Seine Habitat et organise pour le maintien d’une qualité de vie dans la résidence. Je citerai un troisième exemple avec Le Gobelin fanatique qui organise de « frénétiques » jeux de rôle.

Sans le bénévolat, ces associations n’existeraient pas. J’aurais pu également évoquer tout ce que nous apporte Robert Levêque avec son remarquable atelier de gravure sur bois. Et bien d’autres qui m’excuseront de ne pas les citer et que vos lecteurs trouveront sur le site du CSCB. Vous savez, ce sont environ 60 bénévoles qui participent à la vie du centre. Leur engagement est essentiel. Il faudrait sans doute plus les intégrer dans les orientations du CA, plus capitaliser sur leur énergie qui est remarquable.

LGdS : Pendant les rencontres, le thème des jardins partagés est revenu plusieurs fois sur le tapis. Le CSCB a-t-il, selon vous, un rôle à jouer dans ce domaine ou celui, plus général, de l’utilisation des espaces verts ?

SF : Nous avons vocation certainement vocation à jouer un rôle, dans la limite de nos responsabilités. Nos locaux sont la propriété de Hauts-de-Seine Habitat qui nous héberge à titre gracieux. Nos relations sont excellentes, mais nous devons prendre en compte les contraintes de l’office, ce qui est normal. Par exemple, nous avons eu un projet, il y a quelques années qui concernait le petit jardin à l’arrière du centre. Le projet n’a pu aboutir. Il visait à installer un jardin partagé et un petit café géré bénévolement par les habitantes du quartier. Quoiqu’on pense du réalisme de ce projet, son principe même n’était pas accepté par les riverains immédiats qui craignaient qu’une animation dans le jardin soit rapidement détournée en point de rassemblement à risque.

Dans le même esprit, le parc de la résidence des Bas-Coudrais est exceptionnel et il est, comme notre petit jardin, inexploité. La raison en est similaire : la crainte de nuisances de la part des locataires, du moins telle que l’exprime leur association. Le bailleur doit en tenir compte. Je n’ai pas à juger de ces positions, mais je me dois de les rappeler. Car, parmi les propositions de développement des espaces verts émises pendant les « Parlons ensemble », il y a eu parfois l’idée que le CSCB manquait d’initiative. Mais, comme vous le voyez, la chose est plus complexe. Il y a des intérêts très différents à prendre en compte. Et le gros potentiel du parc ne pourra être mis en valeur que sur la base d’une vision commune.

LGdS : Comment dès lors avez-vous perçu ces sept rencontres étalées sur un mois ?

SF : Pour nous, les « Parlons ensemble » ont été un moment fort qui nous a permis de mieux appréhender les attentes des habitants. Même si elles ne sont pas homogènes, elles traduisent une demande de créativité à laquelle nous voulons répondre. Nous allons faire un effort de communication en direction des participants.

Cela tombera au même moment que le lancement de l’organisation des 50 ans du CSCB. Nous prévoyons une manifestation importante à la rentrée. C’est un gros travail qui va impliquer à la fois nos professionnels et nos bénévoles. Ce sera l’occasion d’ouvrir le dialogue avec de nouvelles personnes, les jeunes dont nous parlions et que nous voulons mieux toucher, avec de nouvelles associations ou plus généralement avec des initiateurs de projet. Je ne dis pas que nous allons reprendre toutes les idées proposées. Mais je dis que nous ouvrons le débat sans aucun préalable, que le CSCB est un magnifique outil, plein de capacités, capable d’accueillir, de soutenir, d’aider des initiatives très diverses, qui ne craint pas la nouveauté et dont la seule attente est que notre population s’en empare.

  1. Xavier Hennequin Xavier Hennequin 29 avril 2021

    Bonjour,
    M’attribuer l’organisation du rallye pédestre est agréable mais erroné. Celui-ci a été créé par un groupe de bénévoles du CSCB dont je ne faisais pas partie en 1997. C’est au départ de l’organisateur central en 2004 qu’avec 3 autres personnes nous en avons pris la responsabilité jusqu’en 2009, année du 13ème et dernier.
    Cordialement,
    XH

    • Maurice Zytnicki Maurice Zytnicki 29 avril 2021

      Dont acte.
      Cette méprise montre au moins que votre action a été laissé une trace dans les mémoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *