Press "Enter" to skip to content

L’atout chœur de la Villanelle

Le 60e anniversaire

En 2017, la chorale la Villanelle a fêté son 60e anniversaire, par un concert donné le 10 juin dans l’Église St Stanislas-des-Blagis, et par des retrouvailles le 14 octobre à l’ancienne mairie. Deux temps forts qui donnent à voir sur ce groupe bien vivant.

Le concert d’abord. Il montre le type de répertoire de la chorale, ici avec la Messe aux Chapelles de Charles Gounod, un Te Deum de Georges Bizet, mais aussi des œuvres de Fauré, Franck, Haendel, Saint-Saëns… Il montre aussi la logique de coopération avec d’autres musiciens : cette fois-là, ce fut l’orchestre Collegium Opus 91, un groupe de jeunes instrumentistes de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Les retrouvailles ensuite. Le site de l’association publie plusieurs photos de l’événement. Sur la première, on voit les présents en train de chanter. Normal, pour une chorale, bien entendu. Mais cela permet de rappeler que si les choristes travaillent très sérieusement pour offrir lors de leurs concerts un spectacle de qualité (faire bien, faire beau !), ils ont aussi tout simplement plaisir à chanter ensemble, et pas seulement du répertoire classique !

Les autres photos montrent ces moments de convivialité autour d’un buffet ou d’un verre, caractéristiques des retrouvailles entre personnes qui ont vécu ensemble des temps forts.

60 ans en 2017 : la chorale a été fondée en 1957 par Alain Chouvet, en lien avec le mouvement A Cœur Joie dont il a été le responsable régional d’Ile-de-France. L’association fondée par César Geoffray en 1948 au niveau national répond à un besoin d’activités à un moment où la télévision n’a pas encore envahi tous les foyers.  Un article dans le bulletin municipal de Sceaux nous apprend que l’association compte à l’époque, outre la chorale d’adultes, deux chanteries (chorales d’enfants), au centre et aux Blagis, et une cantilène (chorale d’adolescentes). Le concert d’alors (en avril 1965) avait permis d’entendre aussi bien une œuvre de Bach à 5 voies que « le petit cheval » de Brassens.

Ce 60e anniversaire permet de réunir les chefs de chœur successifs, autour du fondateur et de l’actuel chef de chœur, Odile Château.

La chef de Chœur

Odile Château est un pur produit « A Cœur joie » : elle a commencé dans les chanteries créées à Sceaux, et est passée par la cantilène avant de rejoindre les adultes. Elle s’est formée à la direction au sein de l’association. Elle a ensuite pratiqué le chant choral à Orsay, puis au sein d’une chorale franco-allemande à Paris et Lyon. Revenue à Sceaux en 1996, c’est tout naturellement qu’elle rejoint la Villanelle. Hasard de la vie, en 1998, le chef de Chœur décide de passer la main et Odile Château accepte de le remplacer « en attendant de trouver son remplaçant ». 22 ans plus tard, elle y est toujours !

Manifestement, elle s’investit personnellement dans cette activité. Chaque choriste participe à 2 heures de répétition par semaine. Mais dans les périodes d’intense préparation d’un concert, il faut faire répéter chaque pupitre (les choristes qui font la même voix, par exemple soprano ou alto), ce qui signifie pour le chef de chœur (en l’absence de chef de pupitre) autant de séances par semaine qu’il y a de voix ! Et puis il y a aussi les rencontres régulières avec d’autres chefs de chœur. Des occasions aussi de voir du pays, puisqu’Odile Château a été une douzaine de fois au Canada, auprès de l’association locale proche d’A Cœur Joie.

Heureusement, elle est soutenue, en particulier pour tout ce qui est administratif, par la présidente et le bureau de l’association.

Au-delà de la Villanelle

L’un des intérêts de l’appartenance à une grande association comme A Cœur Joie, c’est de pouvoir partager le plaisir du chant avec d’autres chorales, au sein de l’entité territoriale (celle du sud de Paris/ Essonne), de la région Ile de France, de la France et avec d’autres pays. Ce partage est facilité par l’apprentissage de quelques œuvres communes. Il y a de quoi faire : la seule région Ile-de-France comprend 60 chorales A Cœur Joie !

Un moment particulièrement fort est celui des Choralies, qui ont lieu tous les trois ans pendant une dizaine de jours à Vaison-la-Romaine depuis 1953 (après un premier rassemblement à Chamarande, dans l’Essonne).

Une vingtaine de membres de la Villanelle ont participé à la 23e édition de ce rassemblement d’environ 5000 chanteurs et musiciens, du 1er au 9 août 2019. L’occasion de participer à l’un ou l’autre des quarante ateliers proposés le matin, de participer aux concerts de l’après-midi et aux soirées musicales, qui démarrent par un chant commun avec tous les participants.

La chorale de Sceaux est également jumelée avec les Warwickshire Singers de Leamington Spa, Canterbury voices en Grande-Bretagne et la chorale M.G.V. Sängerbund de Brühl en Allemagne. Le début de l’année 2020 avait été consacré à la préparation d’un voyage en Angleterre, à l’occasion du 50e anniversaire des Warwickshire Singers de Leamington Spa. La Villanelle devait y chanter du Vivaldi et du Zelenka. Las, l’événement a été annulé, mais on espère que ce n’est que partie remise

Face à la pandémie Covid

Comme beaucoup d’autres associations, la chorale a dû suspendre ses activités en mars. Elle espérait pouvoir les reprendre en septembre, en s’appuyant sur un protocole rigoureux défini au national (lequel n’a pas hésité à faire venir un membre du conseil scientifique pour éclairer sa réflexion). Las, l’arrivée de la deuxième vague a conduit à reporter pour l’instant. Comme tout le monde, les choristes attendent des jours meilleurs !

Pas de sélection !

La Gazette de Sceaux a demandé à Odile Château s’il fallait savoir lire une partition pour faire partie de sa chorale, et ce qui se passait pour ceux qui chantent faux. Les réponses montrent comment sa chorale accueille tous ceux qui ont plaisir à chanter en groupe et comment elle fait pour malgré tout chanter bien et beau. La réponse est finalement assez simple et tient en un seul mot : travail !

Tout le monde ne sait pas lire une partition ni la chanter en la déchiffrant. Mais chacun a une oreille musicale et peut retenir un air entendu plusieurs fois. Mais cela signifie qu’il faut apprendre le chant, ligne par ligne. Dans une chorale, on s’appuie aussi sur les autres membres de son pupitre, en particulier les plus formés au chant choral.

Et ceux qui chantent faux ? La réponse est classique : cela n’existe pas ! Bien sûr, des gens chantent faux, mais ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement. On peut leur apprendre à écouter, à comprendre comment placer leur propre voix. La chorale, c’est aussi un lieu où l’on fait progresser ses capacités vocales, la gamme de sa voix et sa tessiture. Chaque répétition commence d’ailleurs par 10 minutes d’exercice vocal, ne serait-ce qu’à titre d’échauffement.

Et pour bien montrer que la Villanelle s’adresse à tous, on reprendra ci-dessous quelques principes affichés par l’association A Cœur Joie :

À Cœur Joie est une association apolitique, non confessionnelle et sans but lucratif qui, depuis 1948, rassemble les chanteurs, chefs de chœur, compositeurs et tous les passionnés de chant choral.

Nos membres organisent sur tout le territoire des concerts, formations et rencontres. Une équipe professionnelle coordonne au niveau national des activités (festivals, congrès, formations, stages, publications, etc.) qui contribuent au développement et à la promotion du chant collectif.

Ancrée dans un riche patrimoine, mais résolument tournée vers l’avenir, l’association défend le rôle et la reconnaissance du chant choral amateur et professionnel dans les processus d’éducation, de solidarité et de développement culturel de la nation.

Mais avant tout, les membres d’À Cœur Joie veulent partager leur passion de chanter : rejoignez-les, rejoignez-nous !

Pour finir en chanson

Les vidéos d’œuvres de la Villanelle 

Quelques morceaux choisis pour des raisons rigoureusement personnelles du rédacteur😉 :

  1. FloMR92 FloMR92 16 mars 2021

    Bravo !
    Je vais m’inscrire à cette chorale, pupitre sopranos !
    FMR

  2. DURAND Evelyne DURAND Evelyne 7 juin 2021

    Bonjour, je recherche un chef de choeur au nom de Claude Ragu, qui a parcouru beaucoup de chorales « a coeur joie » à Sceaux en 1978, à Villiers sur marne en 1983 1984
    et à Nogent sur marne… ou j’étais jeune cantilène.
    Merci à vous si vous avez une piste a me comuniquer.
    Amitiés d’une choriste migrée en Bretagne.
    Evelyne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *