Press "Enter" to skip to content

Présidentielles américaines

Bien que les sondages donnent Joe Biden largement élu devant Donald Trump, la prudence reste de rigueur pour beaucoup de Français. Ils savent qu’Hillary Clinton avait réuni près de 3 millions de voix de plus que D. Trump, mais que le système particulier du vote par État a donné la victoire à ce dernier.

La présidentielle de 2016

Pour comprendre cette situation, il faut se souvenir que le président des États-Unis est élu, non pas directement par la population tout entière, mais par des représentants élus dans chacun des États.

Les citoyens américains élisent leur président au suffrage universel indirect. Lors de ce scrutin qui désigne les grands électeurs, la liste arrivée en tête rafle toutes les voix de l’État.

Le nombre de grands électeurs dont dispose chacun des cinquante États correspond au nombre d’élus au Congrès de Washington : soit deux sénateurs et un nombre de députés proportionnel au nombre d’habitants de l’État. Ce système survalorise donc un peu les suffrages des plus petits États.

Les grands électeurs sont au nombre de 538 au total.

Pour analyser les enjeux, regroupons les États selon le résultat de la présidentielle de 2016 (entre parenthèse le nombre de délégués de l’État).

États où Hillary Clinton avait au moins 10 % d’avance sur D. Trump :

  • Californie (55)
  • Connecticut (7)
  • Delaware (3)
  • Washington D.C. (3)
  • Hawaï (3)
  • Illinois (20)
  • Maryland (10)
  • Massachusetts (11)
  • New Jersey (14)
  • New York (29)
  • Oregon (7)
  • Rhode Island (4)
  • Vermont (3)
  • Washington (8)

Soit 13 États (+ Washington D.C.) et 177 délégués.

États où H. Clinton avait entre 5 et 10 % d’avance sur D Trump

  • Nouveau Mexique (5)
  • Virginie (13)

Soit 2 États et 18 délégués.

États où H Clinton distançait D Trump de moins de 5 %

  • Colorado (9)
  • Maine(2)
  • Minnesota(10)
  • Nevada (6)
  • New Hampshire (4)

Soit 5 États et 31 délégués.

États où D Trump distançait H Clinton de moins de 1 %

  • Michigan (16)
  • Pennsylvanie (20)
  • Wisconsin (10)

Soit 3 États et 46 délégués

États où D Trump avait entre 1 et 5 % d’avance sur H Clinton

  • Arizona (11)
  • Caroline du Nord (15)
  • Floride (29)

Soit 3 États et 55 délégués

États où D Trump avait entre 5 et 10 % d’avance sur H Clinton

  • Géorgie (16)
  • Iowa (6)
  • Ohio (18)
  • Texas (36)

Soit 4 États et 76 délégués

États où D Trump avait plus de 10 % d’avance sur H Clinton

  • Alabama (9)
  • Alaska (3)
  • Arkansas (6)
  • Idaho (4)
  • Indiana (11)
  • Kansas (6)
  • Kentucky (8)
  • Louisiane (8)
  • Mississipi (6)
  • Missouri (10)
  • Montana (3)
  • Nebraska (2)
  • Dakota du Nord (3)
  • Oklahoma (7)
  • Caroline du Sud (4)
  • Dakota du Sud (3)
  • Tennessee (11)
  • Utah (6)
  • Virginie occidentale (5)
  • Wyoming (3)

Soit 20 États et 118 délégués

Analyse

Il y donc 33 États (+ Washington D.C.) pour lesquels l’écart est tellement important qu’il est illusoire qu’il puisse être comblé 4 ans après. Dans beaucoup de ces États, l’écart est proche ou supérieur à 30 %. C’est notamment le cas de la Californie. L’écart de plus de 4,2 millions de voix dans cet État suffit à expliquer qu’Hillary ait perdu en étant majoritaire en vote.

On imagine que les sénateurs de ces États vont au parti dominant, ce qui fait 40 sénateurs pour les républicains contre 26 pour les démocrates, alors que la population des États républicains est plus faible que celle des États démocrates (voir le nombre de délégués)

Il y a trois États où D. Trump a gagné avec moins de 1 % d’écart. Si H. Clinton avait gagné ces trois États elle remportait l’élection. Avec de tels écarts, on est largement dans la marge d’incertitude des sondages (il en est de même en Floride, où l’écart était de 1,2 %).

Les sondages pour 2020

Il n’est pas utile de regarder les 33 États où l’écart était supérieur à 10 % en 2016. Dans les 2 États où H. Clinton avait entre 5 et 10 % d’avance, les sondages donnent aujourd’hui plus de 13 % d’avance à J. Biden

Dans les 5 États où H. Clinton avait gagné avec moins de 5 % d’avance, l’avance de J. Biden dans les sondages était la suivante au 16 octobre : Colorado (13%), Maine (15%), Minnesota (9%), Nevada (6%), New Hampshire (11%).
L’avance de J. Biden dans tous ces États est très largement supérieure aux marges d’erreur des sondages. Cela signifie que J. Biden devrait conserver tous les États emportés par H Clinton
Dans les 3 États où D. Trump l’avait emporté de moins de 1 %, les sondages donnent l’avance suivante à J. Biden : Michigan (8%), Pennsylvanie (7 %), Wisconsin (7 %). Là aussi, on est très largement au-delà de la marge d’incertitude des sondages, d’autant plus que ces 3 États sont assez logiquement parmi les plus sondés.

La victoire dans ces trois États suffirait à J. Biden pour emporter l’élection.

Mais il y a d’autres États que D. Trump peut perdre. Parmi les 3 États où D. Trump l’a emporté par une avance comprise entre 1 et 5 %, les sondages sont en faveur de J. Biden : Arizona (+ 4,8 %), Caroline du Nord (+ 3,1%), Floride (+ 4,1%), pour un total de 55 délégués.


Même les 4 États où D. Trump l’a emporté par une avance comprise entre 5 et 10 % sont disputés. On a les sondages suivants : en faveur de J. Biden en Géorgie (+ 1,2 %), à égalité dans l’Iowa et l’Ohio, en faveur de D. Trump au Texas (+ 1,4 %).

Conclusion

La date de l’élection se rapproche. On ne voit pas ce qui peut changer d’ici là.

D’une part, les sondages sont très stables depuis 6 mois, et il y a très peu d’indécis.

D’autre part le vote anticipé et le vote par correspondance ont déjà commencé, et ces deux systèmes sont majoritairement utilisés par les démocrates. Ceux qui ont déjà voté ne peuvent par définition plus changer d’avis. Dans le Michigan, 1,5 millions d’électeurs avaient déjà voté le 20 octobre, alors qu’il y a eu 4,8 millions de votants en 2016.

En Caroline du Nord, plus de 1,8 millions d’électeurs avaient déjà voté le 20 octobre, soit près de 40 % de ceux qui avaient voté en 2016. Plus de 22 % de ces 1,8 millions de votants n’avaient pas voté en 2016. La participation à ce scrutin pourrait être la plus élevée pour une présidentielle depuis 1908.

L’incertitude se porte alors sur le Sénat. Biden devrait l’emporter dans une très courte majorité des États. Mais rien ne garantit que là où il gagnera les démocrates gagneront aussi le siège de sénateur (s’il est soumis à renouvellement). J. Biden aura très probablement la majorité au congrès mais pourrait se retrouver avec un Sénat encore républicain : c’est cela qu’il faudra aussi surveiller le 3 novembre.

Les sénateurs sont élus pour 6 ans et le Sénat renouvelable par tiers. Cette année, 35 sièges sont en jeu. 23 sortants sont républicains : en 2014, les républicains avaient conquis neuf sièges démocrates. Les sondages semblent montrer que les démocrates pourraient reprendre 4 ou 5 sièges et donc le Sénat, mais rien n’est joué à ce niveau : c’est ce qu’on ne saura que le 4 novembre

Toutes les données

Sur le même sujet :

Dernière ligne droite ou virage dangereux ?

  1. Michel Dockier Michel Dockier 21 octobre 2020

    merci pour cet article très intéressant. je voulais juste faire observer que beaucoup des électeurs de Trump ne disent pas qu’ils vont voter Trump … dixit mes amis américains … qui votent …..Biden. Le mystère restera donc entier jusqu’au 3 Nov, au moins , même si je vous rejoins : les votes par anticipation font plutôt pencher la balance pour Biden !

  2. Mehdi Mehdi 21 octobre 2020

    Bel article, merci. Une remarque en complément : il me semble préférable de comparer les sondages de Biden 2020 aux sondages de Clinton 2016 plutôt qu’aux résultats électoraux, étant donné l’opprobre jeté sur les partisans de Trump par les media US (ce qui n’est pas sans rappeler la sous-évaluation des résultats du Brexit). Le mystère demeure donc…
    Un article de la presse conservatrice sur ce sujet :
    https://www.nationalreview.com/2020/10/the-pollster-who-thinks-trump-is-ahead/

  3. GB GB Post author | 21 octobre 2020

    Merci de ce commentaire
    On a ici la liste des sondages de 2016 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_l%27%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_am%C3%A9ricaine_de_2016#%C3%89chelle_nationale
    Les sondages donnaient presque tous une avance de 1 à 7 points à H Clinton au niveau national, ce qui s’est révélé pas trop faux (avance de plus de 2 point, donc dans la fourchette). Le seul qui la donnait perdante était USC pour le Los Angeles Times.
    Aujourd’hui, les écarts sont en moyenne de 10 % au niveau national pour Biden. Et le sondeur USC va dans le même sens que les autres
    Si on regarde État par État, on observe que les sondeurs se sont nettement plus trompés, car ils n’ont pas du tout vu arriver la perte des trois États qui ont fait la différence (Michigan, Pennsylvanie et Wisconsin)
    Mais ils voyaient aussi Clinton gagner la Caroline du Nord, voire la Floride
    A l’inverse, le Nevada et le News Hampshire paraissaient disputés et H Clinton a gagné
    Parmi les raisons avancées, les sondeurs n’ont pas vu le rejet de Clinton par les « petits blancs » démocrates
    Trois raisons de croire que l’histoire ne se répétera pas :
    1) les sondeurs ont compris la leçon (du moins on l’espère!)
    2) l’écart est plus important au niveau national, et surtout il semble très stable
    3) Biden ne souffre pas du même rejet que Clinton

    Mon impression est que les électeurs de Trump en 2016 ne vont pas changer de vote mais que les démocrates vont être beaucoup plus mobilisés qu’en 2016 et donc c’est l’abstention qui diminuera. Tout indique qu’il n’y a pas un vote pro Biden massif, mais un vote anti Trump massif

  4. GB GB Post author | 21 octobre 2020

    A Mehdi, merci de ce commentaire
    L’article en lien est en effet intéressant. La question est de savoir comme dit précédemment, si les sondeurs ont retenu la leçon

    Si on regarde les trois États où Trump a gagné avec moins de 1% d’écart et dont le basculement ferait gagner Biden
    Michigan : les derniers sondages 2016 sont favorables à Clinton et lui donnent 5 à 9 % (et même plus de 10 % pour des sondages plus anciens). En 2020, les derniers sondages donnent à Biden une avance de 7 à 11 %. Seule exception, Trafalgar Groupe qui donnait 2 % d’avance à Trump en 2016 et 1 % en 2020
    Pennsylvanie : les sondages étaient en 2016 entre 2 et 9 (il y en a même un à égalité la veille de l’élection) contre 6,2 % aujourd’hui. Trafalgar qui donnait la victoire à Trump avec 1 % d’avance le met cette fois battu avec 1 point de retard
    Wisconsin : les sondages à partir d’octobre donnaient entre 4 et 8 points d’avance à Clinton en 2016. Ils donnent aujourd’hui plus de 7 points d’avance à Biden

    Autre cas: l’Arizona était donné à Trump assez nettement par les sondeurs (il a gagné avec 4 % d’avance). Aujourd’hui, ils donnent 4 points d’avance à Biden
    La Caroline du Nord était plus disputée mais avec un léger avantage à Clinton. Aujourd’hui, tous les sondeurs voient Biden vainqueur, même si c’est d’assez peu
    On peut dire à peu près la même chose en Floride

  5. […] Présidentielles américainesBien que les sondages donnent Joe Biden largement élu devant Donald Trump, la prudence reste de rigueur pour beaucoup de Français. Ils savent qu’Hillary Clinton avait réuni près de 3 millions de voix de plus que D. Trump, mais que le […] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *