Press "Enter" to skip to content

Testons sous la pluie

Hier, place du Général de Gaulle, tandis qu’un petit grain tombait, une installation de deux tentes et d’un camion aux couleurs de la région, parés de rose et de blanc, proposait aux Scéens un PCR. Un test de détection du coronavirus. La ville avait accompagné l’initiative et l’avait relayée sur ses réseaux.
Un des nos reporters, n’écoutant que son instinct, se transporte sur les lieux. Il n’a rien, il ne souffre pas, il angoisse, il l’a confié à plusieurs reprises à la rédaction.

Hésitation / décision

Vas-y ! conseille le rédac chef d’une voix forte et pourtant bienveillante. Surmonte ton appréhension. Tu es un reporter de terrain, pas de ceux qui émarges à reprendre les fils d’agences sans quitter leur fauteuil. Vas-y et vois! Entends !

Sur les lieux

J’y suis allé et je n’ai pas menti. Je me suis glissé dans la file d’attente arrangée de nombreuses barrières métalliques (celles qui protègent les écoles en temps de crise). A mon tour, je rejoins une table derrière laquelle se trouve un jeune homme au regard accueillant, malgré le masque qui couvre la majeure partie de son visage. Il m’invite à m’asseoir. Nous nous saluons.

J’ai entendu des choses contradictoires, lui dis-je en toute sincérité. D’une part, ne faites un test que si vous pensez être raisonnablement atteint par le virus. D’autre part, une campagne générale de tests est lancée et elle s’adresse à tous les Scéens. Que faut-il comprendre ? La première chose, répond-il, est que vous avez le droit de faire un test. C’est important; c’est une décision municipale.

Mais en vrai, en avez-vous vraiment besoin? êtes-vous malade ? avez-vous des symptômes ? Je croise les doigts, je ne crois pas être malade. Avez -vous rencontré des personnes qui ont le virus? Oui, mais je ne sais pas s’ils avaient le virus. Et des personnes qui vous auraient dit qu’elles ont le virus ? Non, je cherche dans ma mémoire, non; dois-je alors faire le test ? Vous pouvez le faire si cela vous rassure, car vous ne me semblez pas malade.

Oui cela me rassurerait, mais j’entends que les services sont saturés. J’hésite: il y a peut-être plus urgent que moi. C’est certain, il y a plus urgent que vous.Mais vous pouvez vous faire tester quand même. Dites-moi, le résultat arriverait quand ? Dans 4 ou 5 jours. Donc, je peux l’attraper d’ici là. C’est évident.

Responsabilité individuelle

Que faire ? Contribuer à saturer les services ? Me rassurer ? Je le regarde. Je cherche dans ses yeux la réponse. Ils ne la donnent pas. Je comprends qu’elle est en moi.
Je vais bien, j’assume. Je croise les doigts encore. On ne le fait jamais assez. La place aux autres. On en reste là . Comment le remercier, de mieux qu’un mot, de son engagement à la Croix-Rouge?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *