Press "Enter" to skip to content

Une Morgan, avenue Jules Guesde

C’était en descendant l’avenue Jules Guesde, celle qui part la station de RER Robinson et qui longe la voie ferrée, l’engin était à l’arrêt en double file. Le temps de le voir, de l’admirer. Mais pas le temps de le photographier. Elle démarra et partit en trombe dans la direction de Chatenay-Malabry. J’ai dû, pour éclairer les curieux, recourir aux services de Wikimedia et à de belles photos (libres bien sûr) d’un certain Arnaud 25. Qu’il en soit remercié.

Par Arnaud 25 — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19238832

C’est une voiture rare. Un côté tradition. Comme le beurre de baratte de chez Monoprix, dixit fabriqué à l’ancienne. C’est pareil. La Morgan ne peut qu’être fabriquée à l’ancienne. Il suffit de regarder le capot, la capote, les roues. Tout est ouvragé. Même les trous d’aération sont complexes. Et la calandre, quelle ventilation ! Le radiateur peut respirer à fond les manettes. Elle apporte un je-ne-sais-quoi d’éternité. Elle semble être présente dans le design des automobiles depuis leurs débuts (ou presque). Il faut dire que la Morgan Motor Company est plus que centenaire.

Evidemment, la bête n’est pas à la portée de toutes les bourses (en tout cas, pas de celles de l’auteur de ces lignes). Mais qu’importe. L’admiration ne coûte pas cher. Ni le rêve. Et, en l’occurrence, ça suffit largement. Elle vaut tout de même quatre fois moins qu’une Rolls. Il y a moins de place, il est vrai, mais elle est plus belle, surtout comparée aux derniers modèles qui sont très marqués chars d’assaut. La lecture des magazines en donne une idée.

Si le conducteur de la Morgan, qui est passée avenue Jules Guesde samedi dernier, lit ces lignes, qu’il n’hésite pas à repasser par Sceaux ni à nous faire signe. On lui fera bon accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *