Press "Enter" to skip to content

Philippe Laurent dans la bataille de l’AMF

Lors du congrès de l’AMF (Association des maires de France) qui se déroulera du 16 au 18 novembre 2021, se déroulera l’élection à la présidence. Sont en compétition deux listes, l’une conduite par David Lisnard, maire de Cannes, et l’autre par Philippe Laurent. C’est la première fois depuis longtemps que cette situation se produit. En 2014 et en 2017, François Baroin était le seul candidat. On ne s’étonnera donc pas que 2000 maires seulement sur plus de 35.000 aient participé au dernier scrutin. David Lisnard fut adoubé par François Baroin qui ne souhaitait pas se représenter. Apparemment ce passage de relais sans autre forme de discussion a choqué sur le principe. Des voix se sont élevées contre ce qu’elles présentent comme une décision sans concertation.

Le scrutin de novembre sera double : il élira les 36 membres du bureau de l’AMF et les 100 membres du comité directeur. Les listes se ont été validées le 15 septembre par la commission électorale, de même que les deux candidatures à la présidence de l’AMF.

Celles de David Lisnard se présentent coorganisées avec André Laignel, maire PS d’Issoudun. Elles comptent des maires venus de LR, du PS, des Radicaux de gauche, des communistes et même des écologistes. Quasiment tout le monde, sauf que non… pas le centre qui, lui, est rassemblé autour de Philippe Laurent qui regroupe, outre les historiques, des proches d’Edouard Philippe ou même d’Emmanuel Macron.

On croyait notre maire macronphobe, apparemment il ne se réduit pas à ce trait. Mais on peut aussi s’étonner d’une alliance allant de la droite à la gauche. On peut aussi s’en satisfaire. Stéphane Robert[1] discerne, en tout cas, une échéance cruciale qui indiquera le niveau de résistance de « l’ancien monde » et Yalta négocié par les LR et PS, selon Arnaud Péricard, maire de Saint-Germain-en-Laye sur la liste de M. Laurent.

Inévitablement les troupes de David Lisnard dénoncent en Philippe Laurent « le cheval de Troie de la majorité présidentielle », lequel répond en disant qu’il n’a pas à se situer par rapport à cette majorité et en dénonçant une combinaison d’appareils. Les deux personnalités sont certainement différentes et leurs conceptions de l’unité politique des municipalités semblent différer aussi. L’une centriste est basée sur le retrait, le surplomb par rapport aux divergences politiques ; l’autre est une sorte de « compromis historique » entre des partis qui par ailleurs s’opposent. En l’absence de sondage et d’antécédent, tout pronostic est impossible et personne ne s’y risque. Il ne reste qu’à attendre et à suivre les débats, ce qui n’est pas plus mal.

En revanche on retrouve des deux côtés le constat d’une crise de confiance entre l’Etat et les communes, la dénonciation du mouvement de recentralisation qui est vu comme un handicap à « l’efficacité des services publics et aux dynamiques locales tout en nourrissant une forme de défiance civique. Pour redynamiser notre pays et refonder l’État-nation, la France a besoin d’un vrai souffle décentralisateur. » Ici c’est David Lisnard qui s’adressait au Figaro le 29 août. La lecture du livre de Philippe Laurent n’en était pas loin du tout, c’est le moins qu’on puisse dire.

Sur le site de l’AMF, les vidéos de présentation de deux candidats ne permettent pas de trancher entre les deux approches. Les deux sont très rompus aux rouages de l’AMF qu’ils connaissent depuis des années et se réfèrent aux mêmes principes de rassemblement et d’ouverture. On a ainsi le sentiment qu’ils incarnent plutôt des réseaux différents dans le complexe système que constitue cette association de 36.000 personnes liées par des solidarités de toutes sortes et où la ruralité tient une place centrale. Qui saura le mieux les incarner ? A défaut d’être au fait des subtilités, des critères et des soutiens qui feront le futur président, soyons scéen et souhaitons bonne chance à notre maire.


[1] Dans son billet de 8h15 du 27 octobre sur France Culture

  1. Gérard Bardier Gérard Bardier 7 novembre 2021

    Gérard Larcher, qui avait préfacé le livre de Philippe Laurent soutient David Lisnard
    Je ferais bien l’hypothèse que sa principale motivation est qu’il pense que ce dernier va l’emporter
    Sinon, l’argument mis en avant laisse à penser qu’il estime que le candidat LR (à désigner) à la présidentielle ne va pas la gagner…
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/presidence-de-l-amf-gerard-larcher-soutient-david-lisnard-191087?fbclid=IwAR2ZSUzEYbpd_1kwagAKfG8HQKcSS6Meb6dBWN9qZyz3ICIQwGa08jxN-v0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *