Press "Enter" to skip to content

Cyclistes tués: une progression inquiétante

« Baisse de la mortalité routière au mois de septembre 2020 malgré une augmentation significative du nombre de cycliste tués. » C’est le titre qu’a affiché le 20 octobre l’organisme en charge de la sécurité routière dans notre pays.

Par rapport au même mois de 2019, le mois de septembre 2020 se caractérise en effet par une nette diminution des morts sur les routes (275 personnes contre 310). Il s’agit ici des chiffres pour la seule métropole. Mais, comme le note le communiqué de presse, la mortalité des cyclistes augmente (37 tués soit 15 tués de plus par rapport à septembre 2019) ; elle est la plus élevée de ces dix dernières années.

Le phénomène a commencé avec la fin du confinement qui s’est traduite par une « hausse significative de la pratique cycliste ».

De juin à septembre, la mortalité des cyclistes augmente (+23 %) comparée à celle des 5 dernières années.

Baromètre du mois de septembre ONISR Ministère de l’Intérieur

Nous avons évoqué les problèmes croissants de sécurité routière pour les cyclistes et le besoin de voiries spécifiques. On peut constater que c’est bien une tendance nationale qu’il faut prendre en compte à l’échelle de la ville.

La préfecture d’Ile de France donne chaque mois des chiffres détaillées sur l’accidentalité en Ile de France, avec les données par département

Sur le même sujet :

  1. […] Cyclistes tués: un progression inquiétante« Baisse de la mortalité routière au mois de septembre 2020 malgré une augmentation significative du nombre de cycliste tués. » C’est le titre qu’a affiché le 20 octobre l’organisme en charge de la sécurité routière dans notre pays. […] […]

  2. Jean-Claude Herrenschmidt Jean-Claude Herrenschmidt 29 janvier 2021

    Comme pour beaucoup de choses, le changement de comportement des uns et des autres est la plus sûre garantie d’une cohabitation douce.
    Nous savons tous que c’est difficile car la distance entre la conviction affirmée et le changement d’habitudes est toujours grande, parfois infinie.
    Aujourd’hui nous sommes confrontés à des changements qui apparaissent contradictoires dans leurs effets. Faire des travaux pour faciliter la vie des uns et des autres, les vélos d’un côté, les automobilistes d’un autre, et les piétons…?
    Car il faudra bien trouver une solution acceptable pour ceux qui n’ont pas de vélo, les plus vieux dont je suis, et qui rechignent à prendre leur voiture quand on leur dit que ça augmente leur empreinte carbone.
    Ah ! Oui Et les travaux dont je parlais ! Ceux que nous ne savons faire aujourd’hui qu’avec des machines qui fonctionnent avec des combustibles fossiles. Donc générateurs de CO2.
    Des avis ? À transmettre au CCT : Conseil consultatif des transitions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *